75) Une gifle en Sicile,l'affaire George S.Patton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

75) Une gifle en Sicile,l'affaire George S.Patton

Message par Terreblanche le Mar 27 Avr - 4:56



Ayant atterri en AFN dans une ambiance de cafouillage,
absurde et sangland,consécutif à l'impréparation politique de ce débarquement
en terres alors françaises,les Alliés occidentaux choisissent l'option stratégique
la plus longue et la plus coûteuse,qui leur semble imposée par la géographie:
- remonter l'Italie pour atteindre le Reich par le Tyrol.
Si l'on fait abstraction des îlots de Pantelleria et de Lampdusa,
pris sans combat notable,le premier élément à conquérir est la Sicile,
une île dont les maîtres traditionnels,les chefs de la Mafia,
ont beaucoup souffert durant l'ère fasciste.

La préparation au débarquement en AFN a été lamentable,
provoquant des morts nombreuses et inutiles aux armées française et US.
Pour la Sicile,la préparation est plus élaborée:le gouvernement
des USA prend langue avec le patron de la Mafia du nord-est des USA,
ce qui est d'autant plus facile qu'il est emprisonné.
" Lucky " Luciano assure aux troupes US le soutien
des cousins siciliens en échange d'une substantielle réduction de peine.
La " Croisade en Europe pour la Démocratie " débute curieusement.

En dépit de l'active collaboration de la Mafia et de l'absence
quasi-totale de combativité des troupes italiennes,la conquête de l'île,
débutée le 10 juillet 1943 avec 13 divisions alliées,est plus longue
(37 jours) et nettement plus coûteuse (31 000 hommes) que prévue:
60 000 Allemands,commandés par le manchot pugnace
Hans Hube,s'opposent aux 160 000 alliés.

Les Britanniques progressent lentement.
La VIIè armée US,dirigée par Patton,est nettement
plus performante,mais ne peut empêcher l'évacuation de 44 000 soldats
allemands par le détroit de Messine,avec le tiers de leurs chars.
C'est durant cette campagne,plus rude que prévue,que,visitant un hôpital
militaire de campagne,Patton gifle un soldat qui ne souffre d'aucune
blessure ni de la moindre maladie organique,contrairement aux nombreux
blessés que le général a tenté de réconforter.
Le général a giflé un geignard qu'il taxe de lâcheté,les " psy "
parlent de dépression nerveuse (et de nos jours on parlerait de traumatisme psychique).
Les cas sont rares en cette lointaine époque où la conception de la virilité
exigeait encore qu'on ne montre pas ses faiblesses.


Des journalistes s'emparent de l'affaire (nombreux sont les généraux US
à lorgner un commandement d'armée et la presse est fort courtisée).
Patton est mis sur la touche durant plus de 6 mois,alors qu'il est,
de très loin,le meilleur officier général des USA
(ce sera le seul vrai chef de guerre allié occidental,à égalité avec le général Alphonse Juin,qui fut le meilleur chef allié en Italie).

study

_________________
Cordialement.  

avatar
Terreblanche
Admin
Admin

Messages : 3389
Date d'inscription : 29/01/2010
Age : 69
Localisation : Sur ma terre

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum