15) La " cécité hystérique " d'Hitler à l'automne de 1918

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

15) La " cécité hystérique " d'Hitler à l'automne de 1918

Message par Terreblanche le Lun 22 Fév - 7:23


C'est l'un des fleurons de la littérature d'inspiration psychanalytique
et romanesque et c'est un bobard né du délire mégalomaniaque
d'un psychiatre, E.Forster.

Adolf Hitler subit un gazage à l'Ypérite dans la nuit du 13 au 14
octobre 1918,2 km au sud de Wervick,lors de la 4è
et dernière bataille d'Ypres.
C'est par erreur que dans le bilan des pertes mensuelles de son régiment
on l'inscrit dans la rubrique des "blessés légers ":dès le 16 octobre,
il est dirigé vers l'hôpital de PaseWalk,en Poméranie,or,
depuis un règlement d'août 1918,on ne rapatrie que les "blessés graves".

Effectivement,Hitler souffre d'une inflammation des muqueuses
des voies respiratoires et d'une kérato-conjonctivite très sévère
(une brûlure des conjonctives oculaires et de la cornée):
il est quasiment aveugle jusqu'à la mi-novembre 1918.
A sa sortie de l'hôpital,le 19 novembre,il distingue à peine les grosses
lettres des titres des journaux.
Toute sa vie,il gardera comme séquelle une photophobie
( une gêne visuelle en luminosité intense).

Durant son séjour à Pasewalk,il a été interrogé durant quelques minutes
par le psychiatre Forster,qui n'a jamais approché le front et
ne connaît pas grand chose à l'état mental des blessés de guerre.
En l'occurence,le peintre Hitler craint d'être définitivement privé de tout
ou partie de son acuité visuelle (au front,circule un bobard sur
la " cécité définitive " entraînée par l'Ypérite).
Sur le moment,les craintes du caporal Hitler n'émeuvent guère
le "psy",qui ne retient pas le diagnostic de " psychose de guerre ".
Le bulletin de sortie d'Adolf Hitler ne mentionne aucun trouble
psychiatrique.

En revanche,durant les années 1920,quand l'ex-caporal
devient un homme politique de premier plan, le "psy" mégalomane
se vante d'avoir guéri sa " cécité hystérique grâce à l'hypnose "
(une technique inefficace chez les paranoïaques,mais le "psy"
n'a même pas détecté la véritable personnalité d'un homme
qu'il n'a écouté que durant quelques minutes).

En juillet 1933,lors d'une soirée fort arrosée,en compagnie du médecin
juif réfugié à Paris,Emmanuel Weiss, Forster s'est surpassé.
Il en est résulté un roman, The Eye Witness ( le témoin oculaire),
paru sans le moindre succès à Londres en 1963,
devenu un best-seller à partir des années 1980 ,
lors du nouvel accès de fièvre
antihitlérienne,dont les motivations étaient (et sont toujours)
bien plus économiques qu'éthiques.

Weiss s'étant suicidé en juin 1940,il n'aura pas bénéficié
des droits de son roman à forte tonalité freudienne (our rester courtois).
Forster, de son côté,s'était tué en septembre 1933, après
avoir fait l'apologie du suicide dans une ultime contribution à un journal
médical de Bavière.
La thèse de l'hystérie d'Adolf Hitler remporte toujours un franc succès
dans les conversations de salon.

_________________
Cordialement.  

avatar
Terreblanche
Admin
Admin

Messages : 3389
Date d'inscription : 29/01/2010
Age : 69
Localisation : Sur ma terre

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum