17 juillet 1918 : assassinat du Tsar Nicolas II de Russie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

17 juillet 1918 : assassinat du Tsar Nicolas II de Russie.

Message par Terreblanche le Jeu 17 Juil - 5:02

17 juillet 1918 :
assassinat du Tsar Nicolas II de Russie.



 


Le 16 juillet au soir, Iourovski (membre du soviet de l’Oural)  fourni des pistolets à ses hommes.
Après minuit, il demanda aux Romanov et à leurs domestiques (Evgueni Botkine, Anna Demidova,
Ivan Kharitonov et Aloïs Troupp) de se préparer à être transférés dans un lieu plus sûr.
Tout le monde descendit par les escaliers intérieurs jusqu’au sous-sol.
Le Tsar portait son fils dans ses bras.
Il y avait deux chaises, où s’assirent l’empereur et l’impératrice,
Alexis se trouvait sur les genoux de son père, les grandes-duchesses
et leurs domestiques se trouvaient debout à côté du couple impérial.

Iourovski, prétextant qu’il allait chercher un appareil photographique pour prouver leur bonne santé
auprès de Moscou, alla régler les derniers détails du massacre avec ses hommes de mains,
puis il ouvrit la double porte où se trouvaient les prisonniers.
Les douze hommes s’alignèrent sur le seuil en trois rangs.
Dehors, le chauffeur du camion mit le moteur en marche pour couvrir le bruit des détonations.

Au premier rang des tueurs, Iourovski sortit un papier et se mit à le lire rapidement :

« Du fait que vos parents continuent leur offensive contre la Russie soviétique,
le comité exécutif de l’Oural a pris le décret de vous fusiller
. »

La fusillade se déchaîna aussitôt, dans le désordre le plus absolu.
Il n’était plus question de préséance révolutionnaire :

- la plupart des soldats visèrent le tsar.

Le choc des multiples impacts le projeta en arrière et il s’effondra, mort sur le coup.
Alexandra et la grande-duchesse Olga eurent à peine le temps d’esquisser un signe de croix
avant de tomber à leur tour, ainsi que Troupp et Kharitonov.

Dans la fumée de la poudre qui emplissait la pièce, le tsarévitch effondré par terre,
faisait preuve, selon Iourovski, d’une « étrange vitalité » :

- il rampait sur le sol en se protégeant la tête de la main.

Nikouline, maladroit ou trop énervé, vida sur lui un chargeur sans réussir à le tuer.

Iourovski dut l’achever de deux balles dans la tête.

Le sort des grandes-duchesses fut encore plus horrible :

- les projectiles ricochaient sur leurs corsets où elles avaient cousu des bijoux
et des pierres précieuses pour les dissimuler aux gardiens

Selon son témoignage, Kabanov alla chercher une baïonnette en forme de couteau
d’une Winchester pour les achever.
D’autres l’imitèrent.

Les victimes sont au nombre de onze
:

- Nicolas II, sa femme Alexandra Fedorovna, ses quatre filles
Olga, Tatiana, Maria et Anastasia, son fils Alexis,
le médecin de la famille Ievgueni Botkine, la femme de chambre Anna Demidova,
le valet de chambre Alexeï Trupp et le cuisinier Ivan Kharitonov.

Aussitôt l’exécution terminée, les corps sont chargés dans un camion et emmenés à un ancien puits de mine, dans le bois de Koptiaki, où ils sont jetés après avoir été dépouillés de leurs vêtements et de leurs bijoux. Iourovski s’avise vite cependant que les Blancs ne tarderont pas à les retrouver.
La nuit suivante, aidé d’un autre commando, il repêche les cadavres et les emmène plus loin
dans la forêt.
À un moment, le camion s’enlise définitivement dans le sentier et il décide de les enterrer sur place.
Après avoir fait brûler deux corps, les hommes de Iourovski préparent une fosse commune
pour les autres.
Ils y installent les corps, les aspergent d’acide sulfurique pour empêcher leur identification
s’ils étaient retrouvés, puis remplissent la fosse en plaçant, pardessus,
des traverses de chemin de fer.

Deux jours plus tard, Iourovski part pour Moscou, emmenant avec lui les biens des Romanov.
Il est également chargé de convoyer jusqu’à la capitale l’or des banques de l’Oural.
Il expliquera ses actes dans sa confession du 1er février 1934.

 




Le 14 août 2000, Nicolas II et sa famille sont canonisés par l’Église orthodoxe de Russie,
qui les considère comme martyrs, ils sont également inscrits dans le martyrologe
de l’Église orthodoxe russe
.
Saint-tsar Nicolas est vénéré le 17 juillet  ,
le lieu de pèlerinage est situé à Ekaterinbourg en l’église nouvellement bâtie
sur le lieu où furent massacrés Nicolas II et sa famille en 1918.




Source :  study



http://la-flamme.fr/category/non-classe/


_________________
Cordialement.  

avatar
Terreblanche
Admin
Admin

Messages : 3389
Date d'inscription : 29/01/2010
Age : 69
Localisation : Sur ma terre

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum